yogathérapie type de yoga

Yoga et respect du cycle féminin

La pratique du Yoga nous permet de mieux nous connaître. A travers les Asanas ou pratiques posturales nous explorons notre corps, nous développons et soutenons certaines de ses fonctions. Il est donc intéressant d’aller explorer différentes techniques en fonction de nos ressentis mais aussi, pour nous les femmes, en fonction de la phase du cycle menstruel dans laquelle on se situe.

Le yoga, une histoire d’hommes …

La majorité (pour ne pas dire l’ensemble) des textes fondateurs du Yoga nous a été transmise par des hommes.

Dans les temps anciens, l’enseignement du Yoga se transmettait de maître à disciple. Ce dernier s’engageait sur la voie du Yoga de façon exclusive et devenait un renonçant. A ce titre, il renonçait également au fait de construire une famille, ce qui constituait, en ces temps, un grand sacrifice.

De plus, à cette époque et comme nous pouvons le constater dans le Yogarahasia (texte fondateur transmis par T. Krishnamacharya), la femme ne semblait avoir que la valeur que lui conférait le statut de mère de famille. On comprend alors qu’elle devait être éloignée du renonçant afin de ne pas le tenter et de ne pas le détourner de son engagement.

Cet état de fait explique certainement le peu de présence de la femme dans les écrits anciens.

Le Yoga et les femmes

Le Yogarahasia de Sri Nathamuni, même s’il est largement influencé par les codes culturels de l’époque à laquelle il a été rédigé, est le premier texte qui accorde une légitimité à la pratique du Yoga par les femmes. Il met en avant les bienfaits du Yoga pour chaque femme.

Il s’agit d’un texte qui ouvre la voie aux adaptations, notamment en développant la notion de Yogathérapie et l’intérêt d’adapter la pratique à la période de vie ou à des maux précis.

I.14 . « Comparées aux hommes, les femmes ont plus besoin de pratiquer le Yoga parce que leur corps est responsable de la lignée filiale. »

Toujours selon ce texte, les femmes ayant de nombreuses responsabilités liées à leur vie de famille doivent sélectionner certaines pratiques et s’y astreindre afin de donner l’exemple à leurs enfants.

II.42. « Par conséquent, quelques anga (=section/membre) de Yoga importants, qui permettent la santé physique, doivent être pratiqués avec discipline par ces femmes, pour la protection de la famille. »

Même si ces mots sont très réducteurs quant à la condition féminine, il n’empêche qu’ils mettent en évidence l’intérêt d’avoir une pratique adaptée à sa condition physique, à son rythme et à ses possibilités.

Hors la pratique posturale qui s’est largement développée en Occident au XXème siècle reste grandement influencée par les postures classiques du Hatha Yoga, qui par essence peuvent être très masculines.

Dans ce contexte, il semble primordial de pratiquer de façon éclairée afin de respecter sa morphologie mais aussi les différents rythmes qui nous gouvernent, à commencer par le rythme du cycle menstruel puis celui des étapes de la vie que nous traversons au fur et à mesure que nous avançons en âge.

Yoga et cycle menstruel

Depuis nos premières règles et jusqu’à la ménopause notre corps, nos émotions, notre sensibilité vont être rythmés en suivant une danse cyclique orchestrée par un balai hormonal.

A travers cette danse cyclique, pour peu qu’on lui en laisse la possibilité, notre corps parle et nous révèle tout un tas d’éléments importants sur notre santé.

Communément on dit que le cycle démarre le 1er jour des règles (qui ne sont en réalité que la suite de tout ce qui s’est construit en amont). Les règles font suite a une chute brutale du taux d’hormones et de la température corporelle. Elles viennent valider le fait que le corps a ovulé et que cet ovule n’a pas été fécondé. Le corps fait place nette et relance un nouveau cycle afin de tenter une nouvelle fécondation. Durant cette phase du cycle, le corps élimine et évacue. C’est un temps propice à l’introspection et au retour à soi. Cette phase est reliée à la saison de l’hivers. Dans ce sens, on privilégiera des pratiques de yoga douces comme le Yin Yoga par exemple. C’est un temps idéal pour aller vers des pratiques méditatives. C’est aussi un temps d’acceptation où il convient de faire la paix avec soi-même.

La phase folliculaire suit la période des menstruations. Nos hormones s’activent avec comme premier acteur la FSH qui répond au signal de la GnRH et qui a pour rôle de mettre en route la maturation des follicules. Lorsque l’un d’eux arrive à maturation, il sécrète alors de l’œstrogène. Durant cette phase associée au Printemps, comme dans la nature, notre corps s’éveille après l’hivers, la vie reprend et avec elle une énergie lumineuse s’éveille en nous. Nous avons la force et l’énergie de déplacer des montagnes pour lancer de nouveaux projets. Durant cette période du cycle les pratiques de yoga dynamiques telles que l’Ashtanga Yoga ou le Vinyasa Yoga sont très adaptées. C’est une phase d’expérimentation, d’ouverture durant laquelle l’exploration joyeuse de nouvelles postures plus « acrobatiques » peut stimuler la jeune fille en nous encline à faire des découvertes et à s’amuser.

La 3eme phase du cycle est marquée par l’ovulation. Au contact de l’œstrogène sécrété par le follicule arrivé à maturation, la LH va entrer dans la danse avec un pic de sécrétion qui va entraîner la libération de l’ovocyte que le follicule contenait. C’est l’ovulation. Ce temps du cycle est considéré comme l’été, nous sommes rayonnantes, ouvertes aux échanges et aux relations extérieures. C’est le moment de faire aboutir nos projets et de les présenter au monde. Durant cette phase, vous serez à l’aise pour partager des cours collectifs de Yoga pour des pratiques dynamiques inspirées des postures classiques du Hatha Yoga.

La phase lutéale ou période prémenstruelle constitue la dernière phase du cycle. C’est l’automne. Le follicule se transforme en corps jaune qui va sécréter la progestérone. A son contact l’œstrogène diminue pour lui donner toute la place de développer la muqueuse utérine en vue de créer un nid douillet dans le cas d’une possible fécondation de l’ovocyte. Tout notre corps nous enjoint à ralentir, à se reposer. Si nous y sommes attentives, c’est aussi le temps du cycle où notre intuition se fait plus présente et a besoin de s’exprimer. Le voile avec l’inconscient s’affine et il est bon de le laisser s’exprimer à travers des activités créatives et d’expression libre. Le chant de Mantras, les méditations introspectives et les pratiques de Yoga régénératives sont tout à fait indiquées pour cette phase.

Adapter sa pratique de Yoga à son cycle permet de soutenir le corps dans cette danse. C’est un moyen de l’écouter et d’être attentive à ce qu’il a à nous dire de notre état de santé sur tous les plans. Dans le cas d’un désir de grossesse, c’est également un soutien de choix pour notre fertilité en optimisant les différentes phases du cycle mais aussi en soutien psychologique et émotionnel dans cette aventure.

Dans ce sens, la pratique du Yoga doit également évoluer et s’adapter aux différentes périodes de la vie d’une femme. La pratique ne sera pas la même pour une adolescente, une femme enceinte, une jeune mère ou une femme ménopausée.

Tout est mouvement, tout est adaptation. A nous de nous écouter profondément, à nous de définir nos véritables besoins. Le Yoga dispose d’un panel d’outils très vaste qu’il faut explorer. Dans ce cheminement vers vous-même, trouvez un professeur qui sera attentif à vos désirs et qui saura vous proposer des outils adaptés.

Retour haut de page