Cancer du sein et yogathérapie

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

Le cancer du sein touche de nombreuses femmes. Selon une étude récente, 10% des femmes contracteront un cancer du sein au cours de leur vie.

Cependant, l’évolution des traitements ainsi que la généralisation des campagnes de dépistage précoce ont permis une nette évolution des taux de survie à cette maladie ces dernières années.

Si l’accompagnement médical est indispensable et constitue le cœur de la prise en charge, il n’en reste pas moins que les patientes peuvent se sentir seules et démunies dans leur parcours de soin. Spectatrices de l’éventail des solutions médicales qui sont mises en place pour combattre la maladie. Certaines vont alors éprouver le besoin de reprendre les rênes, de redevenir actrices dans ce cheminement vers un mieux-être et vers la guérison. C’est là tout l’enjeu de la Yogathérapie. Bien que cette discipline, enseignée par un professeur attentif et formé soit d’un grand intérêt en complément du parcours médicalisé, il est préférable de demander l’avis de son médecin avant de commencer un suivi.

Sur ce chemin parfois long et sinueux, le yoga va être un véritable compagnon, un soutien et un allié de premier choix. Que ce soit en amont d’une intervention chirurgicale, pendant un traitement hormonal ou après un parcours de soin, le yoga apportera différentes réponses aux maux liés de près ou de loin au cancer du sein.

En effet, la maladie va certes avoir un impact ciblé sur la poitrine de la patiente et sur le haut de son tronc, mais cette atteinte physique, tout comme l’annonce de la maladie mais aussi les conditions de traitement et/ou ses conditions de vie vont également impacter d’autres plans plus profonds qui sont parfois délaissés dans le parcours de soin classique. La Yogathérapie et ses différents outils va proposer des réponses ciblées et adaptées à la fois au plan physique mais également aux plans psychiques et émotionnels. Chaque aspect de la vie de la patiente sera pris en compte afin de définir ses propres priorités. Les outils seront adaptés à ses envies et affinités afin de créer un espace de confiance où la patiente se sentira écoutée et où elle pourra prendre en main un travail à la fois personnel, ciblé sur ses maux et venant soutenir son parcours de soin.

Du yoga pour réapprendre son corps, redevenir souveraine, retrouver confiance, à nouveau oser explorer et renouer avec ses capacités.

Zoom sur la Yogathérapie

La yogathérapie utilise un ensemble d’outils allant d’enchainements de postures physiques, en passant par des exercices de respiration, des visualisations et méditations, du chant mais aussi des indications quant au régime alimentaire et aux habitudes de vie (rythme veille sommeil, socialisation …) qui vont permettre de construire un programme personnalisé adapté aux besoins de l’élève. La yogathérapie ne s’arrête pas au symptôme, mais elle prend en compte tous les aspects de la vie de l’élève.

Ce programme, une fois construit, sera remis à l’élève afin qu’elle s’en saisisse et le mette en place au quotidien. Cela peut par exemple être une série de mouvements et respirations à faire pendant 5 min au réveil et une autre avant le coucher. Ou plusieurs petits exercices disséminés le long de la journée … Chaque programme sera construit pour l’élève de façon à s’insérer au mieux dans son quotidien pour ne pas constituer une charge supplémentaire mais au contraire un espace de bien-être et d’évasion.

La yogathérapie demande donc un véritable engagement de l’élève qui doit pratiquer seule entre chaque séance le programme construit pour elle. Enfin un temps d’échange et de réajustement est pris toutes les 2 à 3 semaines afin de faire évoluer les propositions en fonction des nouveaux ressentis de l’élève.

Bienfaits de la Yogathérapie sur le Cancer du Sein

  • Diminution de la fatigue physique et mentale
  • Amélioration de la qualité du sommeil
  • Amélioration du bien-être global
  • Réduction des douleurs articulaires et musculaires
  • Gestion des émotions (peur, colère, angoisse)
  • Assouplissement et renforcement musculaire
  • Soutien de l’estime de soi et de la confiance

Zoom sur le diaphragme

Après les opérations et les différents examens, la poitrine a pu être comprimée et restreinte dans son volume d’expansion.

Le diaphragme, ce gros muscle de la respiration qui occupe tout l’espace sous nos côtes et qui constitue une sorte de toit au-dessus de nos organes de digestion, s’en trouve lui aussi restreint dans son mouvement et dans sa capacité d’inspiration et d’expiration. Sa mobilité est réduite et avec elle c’est tout son champ d’action qui est impacté.

A cela vient s’ajouter le facteur stress … Celui-ci nous pousse souvent à ne respirer que dans la partie haute du thorax en limitant, voire en annulant le mouvement complet du diaphragme qui permet une respiration abdominale physiologique.

Or le mouvement complet du diaphragme est essentiel pour de nombreuses raisons. Parmi ces raisons : le massage des organes de digestion (permettant ainsi un meilleur équilibre et une circulation des fluides) mais aussi la mobilité des nerfs du système nerveux autonome qui le traversent pour arriver à leurs organes (si le muscle du diaphragme est tendu, contracté, il comprime les nerfs qui le traversent et c’est une cause de déséquilibre de notre système nerveux autonome qui va lui-même entraîner une faiblesse du système immunitaire, engendré du stress pour le corps …). Ce manque de mobilité du diaphragme va favoriser la création de zones de congestion, l’accumulation de masses et des inflammations.

La détente du diaphragme sera donc un axe essentiel dans la prise en charge en Yogathérapie du Cancer du Sein.

Petit exercice pour aider le diaphragme à retrouver de la souplesse :

Installez-vous confortablement et fermez les yeux si cela est confortable pour vous. Essayez d’avoir un dos bien long et de ne pas vous avachir en refermant l’avant du tronc, vous pouvez vous aider de coussins ou d’un dossier de chaise pour vous soutenir si besoin.

Portez votre attention sur votre souffle, sans chercher à le modifier. Observez sa longueur. Est-il plutôt court ou long ? Où vient-il se loger ? Dans votre thorax, sous les côtes, dans le ventre ?

Observez simplement sans jugement sur quelques respirations.

Puis petit à petit cherchez à l’allonger, sans forcer, sans tension. Allongez l’inspiration et allongez l’expiration, tranquillement en restant confortable.

Au fur et à mesure que vous allongez votre respiration invitez le souffle à descendre dans votre ventre. A chaque inspiration observez le mouvement naturel du ventre qui se gonfle. A chaque expiration, sentez votre nombril se
rapprocher de la colonne.

Prenez plusieurs respirations profondes en visualisant la mobilité de votre ventre.

Puis relâchez l’attention, revenez à un souffle naturel et prenez un instant pour observer comment vous vous sentez.

Ceci n’est bien entendu qu’un exemple et de nombreuses autres portes d’entrée pourront être exploitées mais pour cela ce sera à vous et à votre yogathérapeute d’écrire la suite de l’histoire …

En vous souhaitant toute la force et le courage d’avancer sur le chemin de la guérison.

Retour haut de page